SANS ADIEU – Christophe Agou

Sans adieu

On ne sautait trop conseiller d’aller voir, affaires cessantes, le film de Christophe Agout  » sans adieu » tellement il est rare  et juste. Si vous avez la chance qu’il soit programmé près de chez vous  je le répète, vidéastes et photographes, courrez-y.

Ici pas de débauche d’effets spéciaux, pas de tête d’affiche,  pas de moyen non plus. Filmé en vidéo, au long cours sur plusieurs années, le film relate la vie de petits agriculteurs  en bute aux difficultés engendrées par les mutations du monde agricole et  par sa complexité  réglementaire. Ce pourrait être rude, âpre, pleurnichard, cela  ne l’est pas .

Christophe Agout filme au plus près, en face à face les regards, les mots, les gestes, les choses, les silences et les cris . C’est une écriture multiple qui dessine  d’un trait ces corps et ces esprits que la violence du quotidien assaille, étouffe, englouti.

Sans manichéisme mais sans complaisance non plus, il nous livre un état du monde, de notre monde, qui en dit long sur les rapports qui se nouent (ou ne se nouent pas) entre différentes strates du corps social.

Dans la lignée de Depardon ou de Rouquier bien sûr, mais avec un une manière bien à lui de tenir la caméra de surfer sur la matière, de laisser parfois l’ombre gagner du terrain comme si, par un effet de contagion, tout, des objets aux protagonistes, et même le cinéaste, glissaient à l’unisson dans cet univers d’un autre âge, dans cet abandon.

Christophe Agout décédé avant la sortie du film  nous livre une leçon de modestie cinématographique magistrale.

Daniel Mézergues

 

Vous aimerez aussi...

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com